Critique Cinéma: The Hobbit: La Désolation de Smaug ?>

Critique Cinéma: The Hobbit: La Désolation de Smaug

Quand je passe pas ma journée à coder comme un petit chinois dans sa cave (je n’ai rien contre les petits chinois dans les caves, bien au contraire Krrkrrr) je vais au cinéma pour voir les films que j’attends le plus. Après le deuxième volet de Hunger Games il y a deux semaines, j’ai été voir The Hobbit, La Désolation de Smaug. C’est le film que j’attends le plus de l’année.

Après l’affrontement avec Azog et l’intervention des Aigles qui concluent Le Hobbit : Un voyage inattendu, Bilbon, Gandalf et les nainspoursuivent leur chemin vers la cité naine d’Erebor pour en déloger le dragon Smaug. Leur route les amène à passer par le val d’Anduin, laforêt noire et la ville d’Esgaroth où ils connaissent de nouvelles péripéties.

The-Hobbit-The-Desolation-of-Smaug-7

Comme vous le savez je suis un grand fan de l’univers de la Terre du Milieu et j’ai aimé ce nouvel opus du Hobbit. Cependant après avoir lu certaines critiques sur le film, j’ai remarqué que certains aspects laissés à désirer. Notamment certaines scènes filmées avec une GoPro. On peut y remarquer une qualité d’image amoindrie mais, si comme moi vous êtes happé par par le film, vous ne le remarquerez pas.  Hormis ça, le film, comme ses prédécesseurs vous plonge dans un spectacle permanent, avec des paysages magnifiques. Le jeu des acteurs est toujours aussi bon, j’adore Martin Freeman (Bilbon, qui joue aussi Watson dans Sherlock) et Richard Armitage (Thorin). Les puristes de Tolkien remarqueront que Tauriel n’existe pas dans le roman, et est une pure et simple création de Peter Jackson. Ça ne me dérange pas, je trouve que pour le film c’est même mieux, puisque Tauriel (incarnée par la jolie Evangeline Lilly, qui jouait dans Kate dans Lost) apporte un peu de fraîcheur et de féminité à cet univers bourré de testostérone. Je pensais par contre en apprendre plus sur Smaug, mais ils doivent réserver ça pour le dernier volet de la saga, ainsi que sur le nécromancien. 

Le Hobbit: La Désolation de Smaug est donc pour moi une réussite à quasiment tout cles niveaux.

Les commentaires sont clos.
%d blogueurs aiment cette page :