Call of duty Black OPS 2 : le test ?>

Call of duty Black OPS 2 : le test

 

Call of duty c’est comme le beaujolais nouveau, il y en a un qui sort tous les ans. Après un Call of Duty Black OPS qui avait créée la surprise lors de sa sortie, avec son scénario mature, son background 60’s et sa bande son Rock qui rythmait une campagne efficace. Dont l’histoire nous permettait de vivre la guerre froide (1947-1989) de l’intérieur, avec des missions aux 4 coins du monde et des excursions en milieu hostile (la baie des cochons à Cuba, la guerre du Vietnam, les conflits dans les jungles du Laos, etc.).

Le studio Treyarch revient avec une suite sobrement appelée Call of Duty Black OPS 2. Nous allons voir si ce nouveau cru est à la hauteur de l’excellent Call of duty 4 : Modern Warfare.

 

Ce nouvel opus se déroule en 2025, au cœur de la guerre froide du 21éme siècle, dans un monde en pleine mutation technologique où la technologie est devenue l’acteur central de la guerre, un terroriste (un ancien narcotrafiquant) nommé Raul Menendez prend le contrôle de toutes les armes robotiques et menace de semer le chaos dans le monde libre en retournant les armes contre les grandes puissances du globe. Vous devrez affronter cet ennemi insidieux pour sauver le monde de la destruction.

Graphisme :

De ce côté-là, pas de surprise, le moteur graphique (l’ID Tech 3) est toujours le même. Toutefois, Bien que le moteur graphique soit vieillissant, je dois reconnaître que certains niveaux comme l’île de Colossus sont très jolis. La mise en scène est tellement bluffante, qu’on ne s’attardera pas sur certaines textures dégueulasses.

Gameplay :

Le gameplay n’a pas changé, il est toujours simple et efficace, pour permettre aux joueurs d’avoir une prise en mains immédiate. Nous avons toujours à faire au même FPS nerveux d’Activision. Cependant, l’IA des ennemis et des alliés auraient pu être meilleurs, les ennemis vous attaquent en priorité, quitte à passé devant des alliés (d’ailleurs, les alliés tuent rarement les ennemis)

Le mode solo :

Le mode histoire est moins scrypté que d’habitude, les couloirs on laissez place à des zones semi ouvertes, qui vous offriront plusieurs possibilités d’approches (2 ou 3 possibilités, on est pas dans Dishonored). Vous jouerez tour à tour Alex Mason (le héros du premier opus) durant la fin de la guerre froide dans les années 80 et David Mason (le fils d’Alex Mason) durant la guerre froide du 21ème siècle, en 2025. La notion de choix apporté à ce nouvel opus permet aux joueurs d’être un membre actif de l’intrigue, vous pourrez décidé par exemple d’épargner un ennemi ou de l’éliminer de sang froid. Ces choix influeront sur le scénario du jeu (8 fins différentes s’offrent aux joueurs). L’apparition de nouvelles missions optionnelles appelées strikeforce, permettront aux joueurs de contrôler 4 unités (soldats, robots quadrupèdes, tourelles…) via une carte tactique, il sera toujours possible d’incarné un membre de l’unité (en le sélectionnant via la carte stratégique) pour revenir à la vue à la première personne. Personnellement je trouve que ces missions n’apportent rien au jeu, il est d’ailleurs plus facile de dégommer les vagues ennemis en utilisant un simple troufion, qu’en donnant des ordres via la carte tactique (Le bourrinage payera toujours plus que la stratégie).

Les missions de la campagne sont plutôt variées, vous pourrez faire de la chute libre, vous infiltrez dans des complexes militaires, participerez à une bataille à dos de cheval (« les courses, c’est ma grande passion » dédicace à Omar Sharif avec tiercé quinté +), etc. La campagne est très courte (comptez 4 heures). Le scénario écrit par David S.Goyer (il était scénariste sur la trilogie «Batman» de Nolan) est intéressant, il nous captive du début jusqu’à la fin, j’ai terminer le jeu d’une traite, on ne voit pas le temps passer, on est happé par l’intrigue et la bande son immersive signée Trent Reznor (le compositeur récompensé du film The Social Network). Les différents gadgets futuristes disponibles dans le jeu apportent une bouffée d’air frais dans cette licence.

Le Multi joueur :

Tous les ingrédients du succès sont réunis dans ce mode online. Les modes de jeux sont classiques et reposent sur de solides bases (c’est du béton armé). Les dimensions des cartes se marie bien avec le gameplay nerveux du jeu. Les cartes sont petites pour nous offrir des conflits intenses et rapides. L’arsenal est bien fourni (le fusil d’assaut M8A1/ l’évolution du M4A1, le fusil à pompe R 870 MCS/ l’évolution du Remington 870, le revolver Executioner/l’évolution du Colt Python…) et les Killstreaks (bonus de série de victimes) ont été abandonné aux profits des Scorestreaks. Ils ont été remanié pour inciter les joueurs à réaliser les objectifs, je m’explique, si vous allez chercher un drapeau dans le mode de jeu capture de drapeau, vous serai récompensé par des points (jusque là rien d’exceptionnel) qui feront monté votre compteur de Scorestreaks. Les bonus sont variés et originaux (le robot en impose sur les maps). Le mode en ligne offrira aux amateurs de FPS des heures et des heures de bonheurs.

Conclusion :

Call of duty Black OPS 2 est un très bon crû (peut être même le meilleur de la licence), une magnifique aventure qui vous fera voyager autour du globe (l’Angola, l’Inde, Haïti…). Activision et Treyarch nous offrent un blockbuster impressionnant qui tient ses promesses en nous donnant de l’action non-stop. Un vent moderne souffle sur nos consoles et Pc grâce à ce FPS futuriste. Call of Duty Black OPS 2 est (pour le moment, on va attendre de voir Far Cry 3 pour être fixer) le FPS de l’année 2012.

 

Le jeu est disponible sur Playstation 3, Xbox 360, Pc et sortira le 30 novembre 2012 prochain sur Wii U.

 

 

Laisser un commentaire